Quand la musique adoucit les moeurs !

 » La musique peut rendre les hommes libres « 

Bob Marley ( 1945-1981 )

Savoir apprécier la beauté quand elle se présente est sans doute l’un des défis les plus difficiles à relever dans nos sociétés submergées par le stress.

Combien d’entre nous sont prêts à s’arrêter ne serait-ce que quelques minutes, pour accueillir les bras ouverts les cadeaux imprévus que l’instant présent nous offre généreusement ?

J’ai découvert la vidéo ci-dessous,  il y a quelques jours. La  scène a été improvisée et filmée dans le métro parisien le 18 octobre 2010. Ce jour-là l’artiste californien Aloe Blacc, se glisse discrètement dans la foule et offre à des inconnus un concert inattendu.

Observez bien la réaction des gens.  C’est très intéressant.

Et vous ? Qu’auriez-vous  fait ce jour là ?

 

Qui est Aloe Blacc ?

 

Aloe Blacc

Aloe Blacc

Né en 1979 de parents panaméens et élevé en Californie Nathaniel Dawkins alias Aloe Blacc se passionne pour la trompette qu’il va pratiquer de l’école primaire au lycée. A l’université, il apprendra à jouer de la guitare et du piano. En 1995, il forme le duo rap Emanon avec DJ Exile. En 2006, il enregistre son premier album solo pour le label Stones Throw. Entre néo-soul et rythmes latinos, le prometteur Shine Through reçoit un bel accueil critique. Début 2010, son nouveau titre « I Need a dollar » sert de générique à la série How To Make It In America de la chaîne HBO.  Son deuxième album, Good Things sort en septembre 2010. Son dernier album  » Roseaux « , sorti en 2012 regroupe de magnifiques reprises dont le célèbre  » Walking on the moon  » de Police.

Cet artiste talentueux, volontiers décrit comme l’héritier de Marvin Gaye est également un musicien engagé  :«Mon objectif  est d’utiliser la musique au profit d’un changement social positif», explique-t-il dans différentes interviews. En 2012, il décide de se mobiliser en faveur de la lutte contre le paludisme au Ghana.

Sur son blog, l’artiste relate ses prises de conscience à l’issue de sa tournée africaine : « Quand j’ai chanté I Need A Dollar avec des écoliers au Ghana, les paroles avaient une signification poignante. Un dollar c’est le budget quotidien de 1,4 milliards de personnes dans le monde aujourd’hui. Ils ne peuvent vraiment pas se permettre de contracter le paludisme. J’ai eu envie de me mobiliser d’une façon originale, personnelle et positive  pour tenter de résoudre ce problème. C’est pour cette raison que je me suis engagé auprès de l’association Malaria  No More UK, afin de les aider à lever des fonds ».

( Sources :  Stones throw records, wikipedia et le huffingtonpost )

Traduction : Sandra C.

Liens pour aller plus loin :

Le blog d’Aloe Blacc

La discographie d’Aloe Blacc

Le dernier projet musical d’Aloe Blacc: Roseaux

Aloe Blacc  : an article in english here

Publicités

Vivre l’instant présent !

« Vivez si m’en croyez, n’attendez à demain, cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie « 

Pierre de Ronsard 

présent

L’être humain est décidément un curieux animal. Il a conscience du temps qui passe et en même temps il oublie bien souvent qu’il n’est pas éternel. Il y a tant de choses que nous remettons à demain, parce que nous croyons que nous avons l’éternité devant nous. Nous passons également  de nombreuses heures de notre vie à ruminer le passé ou à nous projeter dans le futur, naviguant ainsi entre un monde qui n’existe plus et un monde qui n’existe pas encore. Entre ces deux mondes parallèles que nous visitons sans cesse, il existe pourtant un espace clair et dégagé qu’on appelle le « moment présent « . Ce lieu est de nos jours difficilement accessible, tant notre société moderne nous en éloigne. Les sages nous disent pourtant que le bonheur se cache dans le moment présent et la vie se charge de nous le rappeler lorsque nous oublions d’honorer leurs enseignements.

Ric Elias est américain. le 16 janvier 2009, il vient de quitter l’aéroport de la Guardia à New-York  à bord d’un boeing A320 US Airways avec 154 autres passagers, lorsque l’avion connaît une défaillance technique. Le crash est évité de justesse.  Grâce au sang froid du pilote, l’avion se posera en catastrophe sur la rivière Hudson à New-York, sans faire de victimes.  Ce jour là, le pire a été évité, mais cette expérience a marqué à jamais ce jeune père de famille. Pendant les quelques minutes où il s’est vu mourir, il a déroulé le fil de sa vie et il a compris l’essentiel.

Il partage avec nous cette leçon de vie, accélérée par les évènements, dans la vidéo que je vous propose aujourd’hui.

Son témoignage  d’une sincérité bouleversante est très intéressant, car il est à la fois très concret, ancré dans le réel et en même temps, il nous interroge sur notre propre existence ici et maintenant.

 » Qui s’embarrasse à regretter le passé, perd le présent et risque l’avenir « 

 Francisco de Quevedo, écrivain espagnol du 17ème siècle

Pour aller plus loin :

Un livre :  » Le pouvoir du moment présent  » d’Eckart Tolle

L’oeil de Mélanie !

Il est tôt, vous vous rendez au travail, vous marchez d’un pas rapide, les yeux perdus dans le vague. Vous n’avez pas assez dormi. Dans votre tête l’habituel monologue intérieur a commencé depuis le réveil. La liste des choses à faire, les soucis du moment, encombrent votre esprit.  Vous pestez peut-être contre le bruit assourdissant des voitures, contre l’odeur répugnante des pots d’échappement et contre la grisaille qui s’abat sur votre ville durant ce mois d’octobre. Cet univers urbain ne vous inspire rien de positif. Ne vous inquiétez pas, je suis comme vous. En ville, je râle et je rêve du calme et de la verdure de la campagne. A la campagne, le silence m’angoisse et j’ai hâte de retrouver la ville. Nous conditionnons souvent notre bien-être intérieur à notre environnement extérieur. Nous cherchons également régulièrement notre salut dans le futur. On se dit qu’on se sentirait beaucoup mieux si on était ailleurs.

Les sages nous disent pourtant que le sentiment de bonheur se niche au creux de l’instant présent. Vivre l’instant présent permet d’ appréhender tout ce qui nous entoure totalement. Les sens sont en éveil, et les pensées passent sans jamais complètement retenir notre attention. On devient alors capable d’ouvrir les yeux. Vraiment.

L’environnement urbain réserve ses trésors à celui qui prend le temps de le regarder. Il suffit pour cela de dissiper le brouillard de nos pensées négatives et de s’ouvrir aux surprises. On se rend compte alors que les murs parlent. Et ils ont beaucoup à dire.

Mélanie est une amie parisienne. Son oeil curieux, capture la beauté dissimulée dans les rues des villes. A chacune des ses escapades en France ou ailleurs en Europe, elle me démontre à travers ses photos que la beauté est partout, toujours. Je vous propose d’apprécier les dernières trouvailles de Mélanie recueillies sur les murs de Coimbra, Porto et Lisbonne au Portugal.

De la poésie à l’état brut !

« La beauté est indissociable du regard de celui qui voit. »  Heinz Pagels extrait de l’Univers quantique

Crédits photos : Princessoftheposse sur Instagram

MERCI MELANIE !