Le pouvoir de la gratitude !

« La vie réelle ne sera pas toujours parfaite ou pas toujours de notre côté, mais reconnaître sans cesse ce qui fonctionne dans notre vie peut nous aider, non  seulement à survivre, mais à surmonter nos difficultés. »

Neale Donald Walsch

IMG_5595

Photo : Sandra C.

 J’aime bien cette photo parce qu’elle me rappelle ces moments de magie qui font le bonheur de ma vie créative. J’étais partie explorer sous la pluie ce petit bout de forêt  quand sous mes pas cette feuille délicatement posée sur son lit de mousse m’a faite sa déclaration d’amour.

Je suis sensible à ces messages subtils car ils me reconnectent instantanément à la beauté et à la magie de l’existence.

Il faut bien le reconnaître, vivre en harmonie dans un monde de plus en plus incohérent relève actuellement du défi. Il faut du courage pour conserver sa joie de vivre et sa capacité d’émerveillement dans une société globalement morose. Il faut une sacrée dose de confiance en l’existence pour continuer à se tenir debout quand tout s’écroule autour de vous.

Aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri d’une difficulté majeure. La crise économique continue ses ravages silencieux. La souffrance au travail explose. La perte de repères est évidente à différents niveaux de la société.

Cette crise généralisée que nous traversons au niveau collectif et de plus en plus au niveau individuel pose la question du sens de notre vie. Elle nous pousse également à regarder en face la relation que nous entretenons avec nous-mêmes et avec le monde.

Ce sont des questions si vastes qu’on a même pas envie de commencer à se les poser. Cela nous obligerait à trouver des réponses qu’on ne trouve pas dans les livres, parce qu’elles se cachent tout au fond de nous. Et ça c’est effrayant.On ne sait jamais ce qu’on va découvrir dans les profondeurs, mieux vaut donc rester en surface, c’est plus prudent. Le fait est que même dans les abysses, il y a de la vie. Et ça, c’est rassurant.

Le chemin qui nous ramène à l’essentiel, nous pousse alors inévitablement à rencontrer la gratitude. Plus vous vous dépouillez du superflu, plus vous devenez reconnaissant. Plus vous prenez conscience de l’impermanence des choses, plus vous savourez le moment présent.

Un sourire, un bon repas , la visite d’un ami, un rayon de soleil, un arbre majestueux deviennent alors des trésors précieux.  Toutes ces petites choses ordinaires  que nous rangeons à tort dans la case des banalités du quotidien deviennent soudainement merveilleuses parce que vous avez pris le temps de les accueillir comme telles. Votre relation avec ce qui vous entoure change. L’énergie positive peut à nouveau circuler.

Plus vous remerciez, plus la vie vous remercie de la remercier. Le cercle vertueux, s’installe au rythme des efforts que nous déployons pour voir le bon côté des choses, même et surtout quand nous traversons des difficultés.

Cela demande beaucoup d’énergie de porter son attention sur les belles choses qui nous entourent. Ruminer, ça nous avons appris à le faire. Toute la société rumine son mal-être. Remercier, ça, nous savons moins faire.

C’est pourtant la beauté qui nous sauve.

La beauté de ces petits riens qui nous donnent tout simplement le courage de vivre.

Sandra C.

©larevolutioninterieure.com

.

Un livre et un défi !

 » Comme le fleuve qui retourne à la mer, le don de l’Homme revient vers lui  » Proverbe chinois

neige 004

En parcourant la blogosphère, je suis tombée sur l’excellent post de l’anglais ou américain,( finalement je ne sais pas ), Dr Frood : The book challenge ! Dans ce post, il raconte comment il décide d’offrir un livre qu’il a beaucoup aimé à un inconnu dans les rues de Londres et comment ce don désintéressé suscite d’abord des réactions de méfiance. C’est un post drôlissime alors si vous pouvez lire l’anglais je vous le conseille vivement !

Cette idée m’a évidemment inspirée et j’ai décidé de relever le défi en faisant exactement la même chose. Choisir un livre n’a pas été simple. J’ai parcouru ma bibliothèque et j’ai choisi ce polar à suspense d’Adam Fawer  » Improbable « . D’abord parce que le titre me semblait approprié à ce que je m’apprêtais à faire, ensuite, parce que c’était vraiment un très bon roman : l’histoire d’un surdoué des probabilités, joueur invétéré, qui se découvre d’incroyables pouvoirs psychiques après une expérimentation scientifique. J’ai adoré ce livre beaucoup plus philosophique qu’il n’y paraît.

Me voilà donc décidée à l’offrir à un inconnu dans la rue. Alors que mon coeur saute de joie à l’évocation de cette idée, mon mental ,lui, tente de calmer ses ardeurs. Mais que vas-tu faire là ? Les gens sont méfiants. Tu vas te faire agresser. C’est ridicule. Et si personne ne l’accepte ton livre, la belle  affaire et comment tu vas choisir ton inconnu. Etc. Mon mental s’est emballé une fois encore , mais comme j’ai appris à le rassurer. Je ne me suis pas laissée impressionner par son monologue empli de craintes et de projections négatives.

Me voilà dans la rue. Il neige. Les flocons s’abattent violemment sur la ville. Peut-être que la tâche ne sera pas si facile. Mais tant pis, je ne vais pas me dégonfler. Je croise une première personne, un homme, d’une trentaine d’années, mais il s’apprête à traverser la rue et il m’échappe. Ce ne sera pas lui. Je continue au coin de la rue, je croise un vieux monsieur qui tire un petit caddie débordant de courses, je cherche son regard, mais il fixe le sol. Ce ne sera pas lui non plus. Derrière lui, il y a une femme. Je ne la vois pas bien, car les flocons finissent par me brouiller la vue. Je l’arrête en lui tendant le livre :  » Tenez madame, je voulais vous donnez ceci « . Elle prend l’objet dans sa main, comme un réflexe et pose sur lui un regard étonné. Je lui souris et je lui explique que c’est un défi que j’ai relevé aujourd’hui : donner un livre qu’on aime à un inconnu dans la rue. Elle lève enfin les yeux sur moi et son visage s’illumine d’un grand sourire :  » Merci ! Quelle excellente idée « . Elle accepte que j’immortalise ce moment !

neige 005

Lydia et son cadeau inattendu !

Et voilà ma mission accomplie ! Il n’aura fallu que quelques minutes entre le moment où je suis sortie de chez moi et cette photo ! Mon mental est déçu ! Lui qui m’avait prédit que l’affaire serait ardue ! Et bien non !!! Ce que ne sait pas Lydia c’est que j’ai écrit dans le livre  des citations que j’aime beaucoup. J’imagine qu’elle les lira au moment où elle en aura peut-être besoin. Et cette  idée me réjouit d’avance.

Je poursuis mon chemin et je promène avec moi un sourire de satisfaction. L’échange avec cette dame, Lydia, n’aura duré que l’espace d’un instant. Je ne sais pas ce qu’elle fait, où elle vit et si elle va lire ce livre, mais je me sens emplie de joie. Une joie enfantine, gratuite, qui réchauffe mon corps malgré le vent glacial.

Je continue mon chemin, je traverse une grande artère commerçante. Je me sens toujours aussi bien. Mon regard est alors attiré par un vieil homme aux cheveux blancs, emmitouflé dans une parka noir. Il est assis sur une marche , entre deux magasins. Il fait la manche, une tasse en papier vide dans la main. Son regard perdu fixe la rue mouvante. Je l’avais déjà remarqué plusieurs fois, mais je ne me suis jamais arrêtée pour déposer une pièce dans son gobelet cartonné. Ce n’était jamais le bon moment. J’avais toujours mieux à faire.

Mais là c’est différent. Je me sens bien. Je décide alors de rentrer dans une boulangerie, je prends un grand café et un petit paquet de gâteaux de Noël entouré d’ un joli ruban doré. Je ressors et je les lui tends avec un sourire. Il ne comprend pas tout d’abord ce que je lui veux. Puis son visage s’anime. Ses yeux passent du café aux gâteaux et son regard s’éclaire d’un coup.  » Merci Madame « , murmure-t-il. Il me sert le bout des doigts. Sa peau est tiède. Ce contact physique furtif ne me met pas mal à l’aise. Il réchauffe en quelques secondes mes mains gelées. L’homme ne sait pas où poser son café.  Ses yeux gris délavés hésitent entre l’étonnement et la gratitude. Des petites rides forment alors comme des mini-rayons de soleil sur ses tempes. Une décharge  d’émotion me saisit à ce moment précis. Ce n’est ni de la pitié, ni de la satisfaction, c’est une sorte de joie pleine et entière, qui nourrit chaque cellule de mon corps d’une énergie bienfaisante.

Je repars revigorée. Je remercie Dr Frood, car c’est grâce à lui que je peux raconter cette histoire aujourd’hui. Puis mes pensées se perdent et je comprends alors avec une clarté nouvelle ce que signifient les mots donner et recevoir.

Dans la vie, il est important de savoir donner sans rien attendre en retour, comme il est important de savoir recevoir sans se sentir redevable.

Je sais que tout ce que je vous ai raconté aujourd’hui est unique et qu’il n’y aura pas deux moments identiques à ceux-là. Je ne vais  pas me transformer en Mère Thérésa et ce n’est pas mon intention. Mais ce que je sais, c’est qu’il est important d’écouter son coeur quand il se manifeste. L’énergie du coeur est réellement une force vitale. C’est cette énergie là qui nous rappelle que nous sommes des êtres vivants.

Enfin, si vous aussi vous avez envie de relever le défi du  » Book challenge  » , surtout racontez-moi votre aventure !

« Il faut recevoir les choses avec le même esprit qu’on les donne. »

  Chevalier de Méré ( 1607-1684 )

Pour aller plus loinLes bienfaits de la gentillesse selon les scientifiques