Se souvenir des belles choses !

« Un souvenir heureux est peut-être sur terre, plus vrai que le bonheur »

Alfred de Musset ( 1810-1857 )

Bombay, février 2013Photo : Isabelle Debraye

Bombay, février 2013
Photo : Isabelle Debraye

Cette photo a été prise à Bombay en Inde, il y a seulement quelques jours, par mon amie Isabelle Debraye .  Elle vient à peine de rentrer en France, lorsque j’évoque avec elle l’idée de cet article sur le thème des « souvenirs heureux ». Tout de suite elle me parle de cette photo, prise au coucher du soleil, à la fin de son séjour. Comme par magie remontent alors à la surface  le grésillement des moustiques, le cri joyeux des enfants qui jouaient sur cette plage, la brise légère et chaude qui soufflait à ce moment précis. Cette photo a figé pour toujours un moment unique, c’est un instantané de bonheur. Isabelle me raconte que cette journée là, elle profitait de ses dernières heures en Inde auprès de ses amis.  Lorsqu’elle replonge dans ce moment déjà loin et pourtant si proche, ses yeux pétillent, son visage s’éclaire. Ce n’est pas de la nostalgie. Pas encore. Elle revit tout simplement la plénitude qu’elle a ressenti alors.

Les souvenirs ne sont pas toujours heureux, c’est vrai. Il y a en a qu’on range dans des tiroirs que l’on ouvre plus jamais, tant ils sont douloureux. Il y en a d’autres en revanche qui méritent d’être exhumés du passé plus souvent, car ils contiennent un baume cicatrisant très efficace pour soigner les bleus de l’âme.

Ce que j’aime chez les photographes, c’est qu’ils ont toujours les yeux et le coeur ouverts, ils n’oublient pas de laisser entrer la lumière, quand elle se présente. La beauté s’offre à eux car ils savent l’embrasser sans retenue.

Je me dis que nous pourrions tous être comme ces artistes, lorsqu’un moment de bonheur, de plénitude et de sérénité, s’invite dans notre espace intérieur, on peut décider de le figer en nous avant de le ranger dans la boîte qui contient les souvenirs heureux. En faisant cela consciemment, il est plus facile de retrouver cette boîte dans le labyrinthe de notre mémoire. Alors lorsque la mélancolie coule en nous, il suffit d’ouvrir à nouveau cette boîte, en faisant cela, on s’offre alors la possibilité de les revivre pleinement. Mais pour accéder à ce coffre à trésor, encore faut-il utiliser la bonne clé.  Une odeur, une saveur, une couleur ont le pouvoir de nous ramener en un battement de cil au bonheur. Nos sens sont les clés qui mènent à nos souvenirs.

Parfois, il me suffit de sentir l’odeur des embruns salés pour remonter le temps et me revoir enfant sur une plage de Vendée. Quand je respire l’odeur de l’océan, je respire la liberté et l’insouciance de l’enfance.

L’autre jour, une cuillère d’un bouillon aux légumes a redonné vie à ma grand-mère. C’était d’une incroyable intensité. Ce n’était pas un simple potage que je goûtais, c’était le souvenir de sa tendresse. Le souvenir des repas du dimanche. Le souvenir de ses bras moelleux.

Chérissons donc les moments de bonheur, ne laissons pas la poussière s’accumuler sur les boîtes qui les contiennent. Quand la mélancolie, la tristesse ou le découragement pointent, c’est peut-être le signe qu’il faut ouvrir la boîte aux souvenirs heureux. Il y a en a toujours, mais on les oublie si vite, si occupés que nous sommes à toujours attendre le meilleur du futur.

Les autres souvenirs, les douloureux, ceux qui font mal, à quoi bon les déranger ? Ils dorment dans les cavernes de notre mémoire et quand on décide de jouer les spéléologues, mieux vaut se munir d’une bonne lampe frontale pour ce genre d’expédition-là.  Quand on est prêt pour l’exploration, c’est que le besoin de comprendre est plus fort que la peur de souffrir à nouveau. Biensûr, je ne suggère  pas qu’il faut nier les mauvais souvenirs, ils existent on ne peut pas les effacer, mais à quoi bon y revenir encore et encore ? Personnellement, je préfère me souvenir des belles choses, j’aime en parler, j’aime leur redonner vie, car elles me réconfortent les jours de pluie.

C’est pour cela aussi que j’aime les photos, elles me rappellent que ce qui compte ce n’est pas le monde qui nous entoure, c’est notre manière de le contempler.

Et vous ? Quels sont vos souvenirs heureux ? N’hésitez pas à les partager si vous en avez envie !

Liens pour aller plus loin :

Un test pour découvrir comment fonctionne votre mémoire !

6 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. zabou83
    Fév 16, 2013 @ 17:45:37

    Très belle article ! j’ai un souvenir de mes vacances passés en Auvergne près de mon grand-père lorsque j’étais petite : une prairie, une température douce, celle qu réchauffe tendrement, pas un bruit seulement les insectes qui bourdonnent, l’odeur des genêts, les cloches des vaches au loin et un sentiment de plénitude total. Ce souvenir est ancré profondément en moi, et cela me fait du bien d’y repenser. J’en ai un tas d’autres de cette période : lorsque je donnais à manger aux poules en liberté dans la petite rue, le craquement des vieux escaliers en bois, mon grand-père à son atelier de cordonnier, la chasse aux champignons avec mon père….😀
    Tu vois, j’ai décidé il y a deux semaines d’écrire ma biographie, car j’ai besoin d’évacuer les mauvais souvenirs, de les écrire, de mettre de l’ordre. Je suis prête et d’ailleurs, cela me fait du bien et je me sens plus forte car j’ai maintenant le recul. Cela me fait déculpabiliser… Bien sûr, il y aura un tas de bons souvenirs, heureusement !🙂
    Bon, j’en ai mis une tartine, c’est l’effet « biographie »😉
    Belle soirée à toi et à bientôt

    Répondre

  2. Sandra C.
    Fév 16, 2013 @ 19:48:30

    bonsoir au contraire !!! je ne connais pas l’auvergne mais grâce à toi j’y étais ! quels délicieux souvenir ! c’est une belle initiative que tu as eu d’écrire ton histoire pour mettre de l’ordre…on a besoin de ces moments de réajustements pour faire de la place au nouveau🙂 et merci encore pour ce partage !

    Répondre

  3. berger elisabeth
    Fév 17, 2013 @ 00:46:32

    J’aime beaucoup cette image des boîtes à souvenirs et l’idée d’ouvrir les belles, quand la tristesse arrive. Et comme tu dis, revenir aux mauvaises : « Quand on est prêt pour l’exploration, c’est que le besoin de comprendre est plus fort que la peur de souffrir à nouveau »

    Répondre

    • Sandra C.
      Fév 17, 2013 @ 07:31:21

      oui ouvrons la boîte aux souvenirs heureux🙂 l’exploration des profondeurs est une aventure qui demande un certains courage car oui on a peur du noir ! mais une fois qu’on a affronté cette peur tout s’éclaire ! je t’embrasse elisabeth🙂

      Répondre

  4. Anne Jutras
    Fév 17, 2013 @ 13:41:57

    La prise de photo est un moyen par excellence de faire revivre de bons souvenirs, de se remémorer de petites anecdotes et de nourrir des sujets de conversation avec des amis qui chérissent la même passion. Les odeurs aussi peuvent nous projeter vers le passé et nous transporter très loin.

    Par exemple, quand je fais ma sauce à spaghetti, l’aura de ma grand-mère refait surface, sa recette dégage cette odeur distinctive. Et du coup, des souvenirs de mon enfance défilent dans ma tête.

    La musique, selon les circonstances, peuvent nous procurer le même feeling.

    Bisous, et bon dimanche!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :