Les pionniers du nouveau monde !

« Aucun journaliste ne sait plus ce qu’est une bonne nouvelle. » Le Dalaï Lama

télé

C’est un fait. C’est même devenu une ligne éditoriale. Nos journaux TV nous abreuvent au quotidien de ce qu’il y a de pire en ce monde. Loin de moi l’idée de dire qu’il ne faudrait plus traiter ni les guerres, ni les faits- divers, ni les scandales politico-financiers. Je m’interroge simplement sur la part qui est faite dans nos journaux à ses sujets. Et il faut bien constater que la balance entre les informations positives et négatives penche plutôt du côté du négatif. Cela ne laisse pas le téléspectateur indemne. C’est d’ailleurs la thèse que défend  le psychiatre lyonnais Patrick Lemoine dans son livre Le mystère du Nocébo, où il écrit » Certes, donner de faux espoirs est dommageable, mais ne jamais fournir d’informations optimistes peut aussi provoquer des désastres sanitaires . » Il explique dans ce livre que le  flux continu d’informations catastrophes a un impact sur notre santé et notre système immunitaire. Heureusement, au sein même de la profession de journaliste, des pionniers ont déjà ouverts la voie à une autre vision du traitement de l’information. Catherine Berthillier fait partie de ceux-là. Et j’adhère à 200 pour cent à sa vision des choses.

Catherine Berthillier, créatrice de Shamengo

Catherine Berthillier, créatrice de Shamengo.com

Catherine Berthillier est journaliste en France depuis près de 20 ans. Grand reporter elle a collaboré à de nombreux  magazines d’info tels que  Envoyé spécial ou des Racines et des ailes. Elle a longtemps réalisé des enquêtes de société à travers la planète. Elle était alors portée par l’idée que le rôle d’un  journaliste était avant tout de dénoncer les injustices et de mettre en lumière ce qui ne tournait pas rond dans ce monde.  Il y a trois ans pourtant, elle a décidé de changer de regard sur son métier. Lassée de décrire les problèmes de la société, elle a choisi de mettre en valeur les personnes qui oeuvrent chaque jour pour améliorer les choses.

Elle a créé le site shamengo.com pour donner la parole à  ceux qui participent au quotidien à la construction d’un monde meilleur. Elle réalise des portraits de pionniers, d’ inventeurs, d’ entrepreneurs sociaux à travers le globe. Elle nous offre ainsi une vision résolument positive d’un monde en mutation, dont on sait si peu de choses. Rencontre avec une pionnière du « Nouveau Monde « .

 

-Bonjour Catherine. Qu’est ce qui vous a  poussé à créer le site shamengo.com ?

-Il y a 3 ans, j’étais en Inde pour un sujet. Au cours de ce reportage je me suis retrouvée dans un petit village isolé qui n’avait pas l’électricité. J’ai observé que des enfants jouaient avec des petites lampes solaires. Ils étaient fascinés par ces lampes. Cela m’a tout de suite intéressée. Je me suis rendue compte que dans ce village perdu, la lumière était arrivée par le biais d’une technologie à la fois simple et innovante. J’ai voulu en savoir plus. J’ai appris que le créateur de ces lampes  portables à énergie solaire était un entrepreneur indien, Amit Chugh. Un parfait inconnu en Europe et pourtant son invention a révolutionné la vie de milliers d’habitants en Inde. J’ai eu envie de le mettre en valeur. Je me suis dit qu’on ne donnait jamais la parole à ceux qui apportent des solutions innovantes. On peut dire que c’est à ce moment là que ma  » conversion  » a eu lieu. Il y a eu une réelle prise de conscience.

Comment envisagiez-vous votre métier avant cette prise de conscience ?

-Avant, en tant que journaliste, je n’étais pas vraiment dans cet état d’esprit. Pour moi un reporter, un réalisateur de documentaire était avant tout là pour faire de l’investigation et pour dénoncer les injustices. C’est indispensable de faire de l’investigation, c’est laborieux , mal payé, mais nécessaire. J’ai adoré faire cela. Mais je me suis rendue compte que j’étais arrivée au bout d’un cycle à titre personnel. Je n’avais plus envie d’être dans cette confrontation brutale. J’avais besoin de développer une énergie plus constructive et j’ai choisi de me concentrer sur les solutions.  J’ai ensuite décidé de mettre mes compétences de grand reporter et mon réseau de contact au service de ces pionniers qui oeuvrent dans l’ombre. C’est ce qui m’a poussée à créer ma société de production Kaïa Prod et à fonder le site shamengo.com.

– Comment avez-vous réussi à monter ce projet  ?

-Au départ je suis partie sonner à la porte des chaines de télévision  avec un projet d’émission qui mettrait en lumière ces pionniers et leurs solutions innovantes. Aucune n’a accepté ce projet. On m’a dit que les sujets positifs ne feraient pas d’audience. Il ne faut pas se voiler la face : les grandes chaînes de télévision ont besoin des recettes publicitaires pour vivre. Les reportages qui font  appel aux bas instincts de l’homme font plus d’audience que les histoires positives. C’est comme ça. Mais cela ne m’a pas empêché d’aller au bout de mon projet. J’ai monté un partenariat avec la MGEN, une société d’assurance. C’est ce qui permet de financer nos frais de déplacement pour réaliser des interviews à travers le monde. J’ai auprès de moi une équipe motivée qui accepte d’être moins payée qu’ailleurs parce que ce que nous faisons a du sens.

-Qu’est ce que propose exactement votre site shamengo.com ? 

-C’est une plateforme qui propose de portraits de pionniers dans les domaine de l’économie, de la technologie ou même du bien-être. Nous réalisons des reportages  que nous diffusons sur notre site. Nous en avons déjà réalisé une centaine. Notre objectif est d’en proposer mille.  Nous mettons en ligne une vidéo par semaine. Cette vidéo est également diffusée sur LCI, l’un de nos partenaires.  A partir du mois de  janvier nous souhaitons proposer des versions longues de nos rencontres. Et nous souhaitons également créer une plateforme collaborative entre nos pionniers et le grand public. L’idée serait de mettre en réseau nos inventeurs à travers le monde et des écoles ou des collectivités. Par définition les pionniers sont souvent isolés. Ils ont besoin d’être encouragés. L’idée est de créer du lien, de fédérer des énergies autour de projets  positifs,  innovants et utiles dans  de nombreux pays. Certains de ces pionniers  sont déjà connus dans leurs pays , mais sont totalement inconnus en dehors. Ce qui les relie tous c’est qu’ils ont eu une idée insolite, une idée altruiste qui permet de faire bouger les lignes et qui va à l’encontre du fatalisme économique car elle peut apporter des solutions à moindre coût.

-Qu’est ce que ces pionniers nous enseignent sur l’état actuel du monde  ?

-Il y a une formidable créativité dans les pays en voie de développement. Dans cette partie du monde de nombreuses personnes cherchent des solutions car les défis à relever sont nombreux. Les pays en voie de  développement n’ont pas le choix. Je crois que les valeurs de l’occident, basée sur la compétition et la domination du système financier vont peu à peu être remplacés par d’autres valeurs : la collaboration, l’altruisme, l’innovation, l’harmonie avec la nature.  On constate que dans nos pays occidentaux nous sommes encore frileux face à certains choix, mais si les décisions ne sont pas prises en Europe, d’autres les prendront ailleurs. L’économie de demain naîtra dans les pays émergents, j’en suis convaincue.

-Aujourd’hui que vous a apporté ce projet sur le plan personnel ?

-Je suis très heureuse. C’est peut-être très égoïste mais mon plus grand bonheur c’est lorsque des personnes viennent vers moi et me disent qu’elles veulent rejoindre cette aventure. Nos moyens sont limités, mais notre motivation personnelle amène tant d’émotions positives que cela compense largement le manque d’argent. Ce que j’aime, c’est donner du sens à ma vie, en aidant à ma façon les autres. C’est peut-être une toute petite contribution mais j’ai l’impression que ce que nous faisons à notre modeste niveau permet de faire bouger les lignes et contribue à créer le monde de demain. Je crois que nous arrivons à la fin d’un cycle et j’ai envie de participer à l’émergence d’un monde nouveau.

Liens pour aller plus loin :

-3000 personnes aiment déjà Shamengo sur facebook et vous ?

 Une autre interview de Catherine Berthillier 

-Une interview du Dr Lemoine comment le mental agit sur notre santé physique !

9 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Yveline Glaude-Brécy
    Déc 11, 2012 @ 22:33:34

    Hello Sandra,
    C’est tellement vrai que les médias nous abreuvent d’horreurs ! Tout ce qui est beau, porteur d’espoir est relégué au second plan. Au final, nous écoutons les journaux télévisés pour entendre la dernière catastrophe. L’initiative de journalistes comme celle de Catherine Berthillier dont tu nous fait part est à saluer. Mettre en exergue la créativité, une autre vision du monde est tout à son honneur.

    Répondre

    • Sandra C.
      Déc 12, 2012 @ 06:37:26

      oui yveline c’est porteur d’espoir..;et je me rends compte à force de chercher que ces pionniers existent dans de nombreux domaines…concernant la télé, c’est très anxiogène, on a parfois pas besoin de ça…parfois on va bien bien, puis on allume les infos et là on voit que vraiment ça va pas dans le monde, et même si on était pas déprimé on le devient ! ce qui ne nous empêche de nous informer autrement !

      Répondre

  2. berger elisabeth
    Déc 12, 2012 @ 00:37:10

    Merci Sandra, tu es journaliste, moi je l’ai été, quinze années durant et nous savons bien à quel point cette profession est friande des mauvaises nouvelles, sous prétexte que cela fait vendre du papier.
    Ce qui m’a toujours effrayé ce que non seulement ils adorent faire peur aux lecteurs mais aussi à eux-mêmes !
    Si heureuse de cette initiative, d’ailleurs, les sources d’information alternative se multiplient et je ne regarde quasiment plus la télé.
    Le nouveau monde est vraiment en marche, bravo à tous ceux qui y contribuent.

    Répondre

    • Sandra C.
      Déc 12, 2012 @ 06:34:37

      oui élisabeth …je sais que tu comprends, un journaliste n’est jamais totalement objectif finalement…tout dépend sous quel angle tu réalises un sujet…ce qui m’énerve le plus se sont toutes ces émissions de télé réalité ou l’on incite les gens à se dénoncer, à dire du mal , à s’éliminer, je trouve cela terrifiant !

      Répondre

      • berger elisabeth
        Déc 13, 2012 @ 02:04:16

        Oui, Sandra et le pire est que les millions des gens les regardent et que nombreux sont ceux qui se prêtent au jeu.
        Quand il m’arrive de tomber dessus, je me demande comment on peut se montrer dans tant d’impudeur malsaine

    • candide57
      Déc 14, 2012 @ 12:36:54

      tu m’as devancée..
      mon ex redac chef me disait.. le bonheur ne fait pas vendre! tout était dit!

      Répondre

  3. Billa Marc
    Déc 12, 2012 @ 13:40:11

    Très bon article, merci Sandra 🙂

    Répondre

  4. sally
    Déc 12, 2012 @ 20:20:18

    Aaah, quelle bouffée d’oxygène..! Merci Sandra de nous mener en dehors des
    sentiers battus…🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :