La fin du monde aura-t-elle lieu ?

« La fin du monde, c’est quand on cesse d’avoir confiance  »  

Madeleine Ouellette-Michalska

La fin du monde approche.  Le 21 décembre 2012, l’humanité pourrait bien disparaître. Cette croyance, insidieusement, s’est infiltrée au fil des mois dans nos esprits et même si la plupart d’entre nous fait mine d’en rire, je suis sûre qu’ à la veille de la date fatidique certains auront cette pensée furtive : et si il n’y avait pas de demain ? Et si tout devait effectivement brutalement s’arrêter ? Cette question a de quoi effrayer et je conçois que peu de personnes souhaite se la poser, car elle bouscule notre petit confort intérieur.

Personnellement, si le monde devait disparaître demain, je ne pleurerais pas sur son sort.

A première vue, l’état actuel de la planète en 2012 n’inspire rien de bon.

La guerre brise des vies au Moyen-Orient, la Syrie est à feu et à sang, les israéliens et les palestiniens n’en finissent pas de se déchirer. Les révolutions arabes ont rallumé la flamme de l’espoir dans des pays oppressés par de terrifiants dictateurs et le combat entre la lumière et l’ombre est loin d’être terminé en Egypte ou en Tunisie. L’obscurantisme plane comme un mauvais esprit au-dessus des âmes qui se sont laissées piéger par la peur.

La pollution a rendu malade la terre. Elle se nettoie violemment. Les tornades et les tempêtes s’abattent ici et là à chacun de ses hoquets. Les taux de cancer n’ont jamais été aussi élevé dans nos pays occidentaux, mais des industriels de l’agro-alimentaire continuent de déverser leurs produits toxiques en contestant énergiquement tout lien de cause à effet.

Nos journaux télévisés ont déjà oubliés Fukushima et la plus grande catastrophe nucléaire de tous les temps car ils ont bien trop à faire avec  la guerre atomique qui a fait explosé  l’UMP. Cet épisode de la vie politique française en dit d’ailleurs long sur le motivations qui animent certains élus de la République : ils sont prêts à tout pour le pouvoir.  La politique est devenue un grand jeu télévisé. La communication et la stratégie priment sur les idées.  Il n’y a plus guère de différence entre la télé-réalité et la real-politik.

Le chômage s’est installé en Europe et dans le même temps en France des personnes se suicident sur leur lieu de travail. Les travailleurs pauvres sont devenus une catégorie sociale à part entière. On dit aux jeunes qu’il n’ont pas assez d’expérience et aux vieux qu’ils coûtent trop chers. Aujourd’hui pour décrocher un emploi, mieux vaut déjà en avoir un.

Allez donc trouver du sens à tout cela. Il y a de quoi être perdu.

" Révolution du jasmin" de Abbes Boukhobza

 » Révolution du jasmin » de Abbes Boukhobza

Les religions divisent les hommes, chacune défendant sa vérité qui est forcément supérieure aux autres. Dieu a pris le visage d’un vieil homme pas commode qui juge et condamne ceux qui s’écarteraient de la vérité biblique, promettant le paradis à ceux qui se sacrifient pour lui et l’enfer à ceux qui décideraient juste de vivre la vie qu’ils désirent. Tout cela aussi n’a à mes yeux aucun sens.

Si le monde que je viens de décrire doit disparaître, alors je suis prête pour l’apocalypse.

Ce monde est traversé de tant de contradictions, de tant de vents contraires, qu’assurément, il ne peut nous mener nulle part. Si l’alignement des planètes doit se faire le 21 décembre, alors je prie pour que la Terre soit aspirée dans un trou noir. Black-out instantané pour tout le monde. Amnésie générale. On débranche tout et on rallume la lumière. On efface toutes les données et les virus qui ont court-circuité  la machine humaine depuis 26000 ans et le 21 décembre à minuit, on relance un nouveau programme. C’est ce qui pourrait arriver de mieux.

Si ce monde devait disparaître, alors je me demanderais plutôt ce que je ferais de ma dernière nuit de vie sur la planète Terre. Elle est intéressante cette question. Que feriez-vous si vous saviez que vous alliez mourir demain ? Qu’est ce qui serait le plus important ? De quoi auriez-vous envie de profiter une derrière fois avant de quitter les lieux ?

Imaginez. Pensez à tout ce que vous avez voulu faire dans votre vie et que vous avez remis à plus tard. A cause de l’argent, à cause du travail, à cause de toutes ces barrières qui nous entravent.

Continuons sur notre lancée et imaginons encore. Avec qui seriez-vous ? Que feriez- vous de ces dernières heures ? Avec qui auriez-vous envie de faire la paix ? Qui auriez-vous envie de serrer une dernière fois dans vos bras ?

Personnellement, pour cette ultime nuit,  je crois que je me contenterais d’une veillée sous un ciel étoilé. Emmitouflée dans une confortable couette, je regarderais les étoiles , un verre de champagne à la main. A mes côtés, il y aurait tout ceux que j’aime. On ferait un feu et cela nous réchaufferait. On se raconterait des histoires pour avoir moins peur. On se dirait combien on s’aime. Combien on a été heureux de se connaître dans cette vie. Je ferais la paix avec le passé, qui ne peut être changé. Je ferais une croix sur un futur qui  n’existe de toute façon pas encore. Je serais alors obligée juste d’être là, présente, aimante, sereine. Je fermerais les yeux après avoir regardé une derrière fois l’immensité du ciel et ses milliers d’étoiles. Je savourerais chaque bulle de champagne qui viendrait s’échouer sous mon palais. Et j’attendrais la fin du monde. La fin des guerres, la fin de la souffrance, la fin de l’absurdité d’une humanité qui a oublié de vivre en harmonie avec la nature, qui a oublié jusqu’à sa raison d ‘exister.

J’ai beau être optimiste. Je ne crois pas à cette version de l’histoire. Trop romantique. Il y a de fortes chances pour que nous soyons malheureusement tous bien vivants  au matin du 22 décembre. Et il est fort probable que nous ayons tous un peu la gueule de bois. Et pas uniquement à cause du champagne. Car évidemment le monde ne va pas disparaître du jour au lendemain. Ce serait trop facile.

Malgré tout cette échéance nous interroge tous, intérieurement. La question essentielle à mon sens est la suivante : qu’est ce qui est vraiment important pour moi ici et maintenant ? Qu’est ce qui fait que je me sens vivant ? Qu’est ce qui est essentiel ?

Si je réponds honnêtement à cette question voilà ce qui me vient : l’amour, la paix, la beauté, le partage, le rire, le plaisir de déguster des plats savoureux, de cueillir une pomme croquante et acidulée à l’automne et de manger des fraises juteuses et sucrées en été, le bonheur de marcher dans la forêt  avec les enfants, la joie de se sentir utile, d’offrir au monde le meilleur de soi, la solidarité dans les moments difficiles, la satisfaction d’apprendre de nouvelles choses, d’entrer en communication avec les autres, la collaboration, la découverte, le voyage, l’amitié, l’authenticité, l’art et tant d’autres choses encore, qui sont essentielles et qui font qu’on se sent heureux de vivre sur cette planète et qu’on se sent réellement vivant.

A force de regarder les infos, on a fini par oublier de penser à tout cela.

Où se cache la vérité dans un monde dénué de sens ? A l’intérieur de nous-même. A chaque fois qu’un être humain, sourit, aime, prie, espère, s’ouvre, se transforme il met de la lumière là où il n’y avait que les ténèbres de l’ignorance, de la haine, de l’intolérance, de la domination, de la souffrance.

Le monde n’est peut-être que le miroir de nos pensées et de nos émotions. Si c’est le cas, il ne tient peut-être qu’à nous de changer de rêve.

Si nous pouvions changer notre façon de voir le monde, de le vivre, de le ressentir, en nous connectant à l’essentiel, à notre propre vérité, celle qui se révèle lorsque nous sommes à la fin du film, au moment où le dénouement approche, au moment où les masques tombent alors peut-être pourrions-nous enfin devenir non plus les simples acteurs, mais bien les scénaristes et les réalisateurs de notre vie. Et ainsi écrire une nouvelle histoire.

Pour créer une oeuvre d’art, il faut juste avoir beaucoup d’imagination. Alors pourquoi ne pas imaginer le meilleur ? Le meilleur pour soi d’abord. Puisque ce monde est absurde pourquoi ne pas en rire ? Puisque rien n’a de sens et que personne n’est à l’abri du chômage ou d’une catastrophe naturelle pourquoi ne pas décider de suivre sa propre voie. Pour se sentir enfin réellement vivant.

Personnellement, j’ai bien l’intention de partager encore avec vous de belles rencontres et de nouveaux témoignages de personnes qui se sont engagées vers cette transformation intérieure et qui ont commencé ainsi à changer leur vision du monde. Des personnes inspirantes et positives qui nous prouvent qu’au milieu de ce chaos, il est possible d’être soi sans peur d’être jugé, qu’il est possible d’aimer et d’être aimé, qu’il est possible de se réaliser, de changer, de surmonter les épreuves, de trouver le courage, de réussir l’impossible. Il y a en ce monde des milliers d’exemples et je compte bien les mettre en valeur sur ce blog.

Finalement du coup, vu comme ça, ce monde là je n’ai pas envie de le voir disparaître. J’ai envie de le voir naître.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

« Sans imagination, il ne pourrait y avoir création. »  

Albert Jacquard

 

imagine

Liens pour aller plus loin :

Le 21 décembre 2012. Ce qu’en disent les Mayas !!!

15 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Entrainement Humanix
    Déc 04, 2012 @ 00:46:19

    Hahaha, bien avoir lu la phrase de ce que tu ferais je me disais que je nous voyait, toi, moi avec Christian, ma famille tous mes amis et moi c’était sous le soleil dans la nature lol Gros bisous

    Répondre

  2. berger elisabeth
    Déc 04, 2012 @ 02:23:09

    Très bel article, Sandra et je suis tellement d’accord avec toi. Plus cette synchronicité avec Albert Jacquard.
    Soit nous nous faisons influencer par la peur, soit nous continuons à contribuer à la naissance de ce monde nouveau, qui certes, ne se fera pas du jour au lendemain mais dont les bases sont déjà là.
    Et puis la mort…ne devrions nous pas la préparer tous les jours de notre vie et faire comme disent les sages : vis comme si tu devais mourir demain mais agis comme si tu avais l’éternité devant toi.
    Ma dernière nuit, je la passerai comme toi, sans regret aucun, juste de l’amour et de la gratitude.

    Répondre

  3. opalegrimoire
    Déc 04, 2012 @ 22:09:59

    Très bel article (oui oui j’ai tout lu!), et je suis en accord avec toi sur de nombreux points… Ma dernière nuit sur Terre, bien sûr, je voudrais aussi la passer avec tous les gens que j’aime, des plus proches, mon amour comme ma famille et mes amis, à ceux pour qui j’ai de l’affection en moindre quantité!

    Répondre

  4. Sandra C.
    Déc 04, 2012 @ 22:27:44

    merci à toi d’avoir lu cet article jusqu’au bout lol …ça fait du bien d’entendre des personnes comme toi se rappeler de l’importance de l’amour. L’amour c’est une énergie vitale. Je te souhaite une lumineuse semaine ! et que l’année 2013 qui s’annonce t’apporte beaucoup de bonheur !

    Répondre

  5. DrFrood
    Déc 05, 2012 @ 22:29:50

    The world won’t disappear – it’ll survive, and things don’t have to be as bleak as you seem to think – I have hope for the future…

    Bien

    Répondre

  6. Yveline Glaude-Brécy
    Déc 06, 2012 @ 23:21:10

    Waouh Sandra ! Quel article ! Quel merveilleux article ! Tellement bien écrit et plein de sincérité. L’on ne se fatigue pas de le lire, l’on a envie d’aller jusqu’au bout, parce-que tu dis l’essentiel, ce qui est important. Bravo à toi et merci.

    Répondre

  7. sebastienblanrue
    Déc 07, 2012 @ 15:40:51

    Pfiou… On sent que c’est écrit « avec les tripes » ! Sincèrement. La devise personnelle qui me fait avancer dans les moments c’est « il y a toujours un lendemain » bref. Cette histoire de fin du monde a d’une certaine manière le mérite de rassembler les « gens », les idées. Ici par exemple. sinon l’idée du pic nique mondial sous les étoiles, fin du monde où pas… rendez vous est pris !
    Ps : vin rouge pour moi, merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :